Honorer sa faim

L’un des fondements de l’alimentation intuitive est d’honorer sa faim. Ca parait tout simple comme ça : j’ai faim, je mange, point.

En fait, honorer sa faim est plus difficile qu’on peut le penser lorsqu’on a eu un lourd passer de régimeuse et que la faim était :

  • Soit un victoire : youpi j’ai tenu toute la journée sans manger ou en mangeant très peu, je ressens la faim ça veut dire que je vais perdre du poids.
  • Soit un calvaire : avoir faim toute la journée n’est vraiment pas agréable, mais on tient parce qu’il n’est pas encore midi, ou 20h ou l’heure à laquelle on s’est dit qu’on avait LE DROIT de manger.

Dans ces 2 cas, honorer sa faim ne fait pas partie de l’équation. Honorer sa faim ce n’est pas attendre de mourir de faim pour aller manger, ce n’est pas non plus manger à tout va parce que j’ai le droit, j’honore ma faim…

L’objectif est de garder son corps biologiquement nourri, parce qu’il en a besoin pour son travail quotidien. C’est de ce fondement qu’on va parler.

Votre corps a besoin de savoir qu’il peut compter sur vous et que vous n’êtes plus (et pour toujours) en période de diète. Il doit savoir qu’il aura accès à l’alimentation dès qu’il en aura besoin biologiquement.

Pourquoi ? Parce qu’à force de faire des régimes et donc d’être en restriction calorique, votre organisme s’est habitué à faire des réserves en prévision de la prochaine disette. Pas fou !

Comment honorer sa faim ?

Honorer sa faim, c’est manger lorsque biologiquement notre corps nous le réclame, qu’il envoie des signaux :

  • Ventre qui gargouille
  • Fatigue
  • Perte d’attention
  • Salivation excessive…

Ces signaux vous avez déjà du les percevoir un jour après un long moment sans manger, ou alors ils vous sont inconnus parce que vous avez toujours fait en sorte de manger avant ces signaux (et donc de potentiellement trop manger).

EXERCICE

Au départ c’est un exercice pratique à faire, qui deviendra inconscient par la suite. Vous devez essayer de noter, de façon formelle ou informelle, où se situe votre faim sur une échelle de 1 à 10 avant de manger. Est-ce qu’avant de passer à table vous êtes à 9 (je n’ai vraiment pas faim) ou êtes vous à 2 (j’ai très faim j’ai hâte de manger). En faisant cet exercice plusieurs jours d’affilée vous allez déjà vous rendre compte que vous ne mangez pas toujours par faim, mais plus par habitude, par envie, par contrainte perso/pro… Attention toutefois, en étant trop souvent à 2 ou en dessous, vous prenez le risque de trop manger car vous êtes vraiment affamé ! L’idée est donc de passer à table lorsqu’on se sent aux alentours de 3 ou 4 sur l’échelle de 10 (10 étant je n’ai absolument pas faim).

Vous pouvez utiliser l’outil mis à votre disposition dans la Boite à outils du site souristoi.com

Est-ce que j’ai faim ? Quel est mon niveau de faim ? Comment se sent mon estomac

Il y a bien d’autres faims, que la faim biologique. Il y a la « faim d’occasion », celle qui arrive lorsqu’on fête un événement, lorsqu’on va au restaurant… Cette faim là ne doit pas poser de problème, même si elle est liée à une circonstance. L’alimentation fait partie de la vie sociale.

Il y a la « faim émotionnelle », qu’on peut rapprocher plutôt de l’envie de manger. Celle que vous arriverez à identifier une fois que vous aurez identifier la faim biologique.

Il y a la « faim pratique », celle qu’on ressent parce qu’il est plus logique de manger à 20h qu’à 23h où il est temps d’aller se coucher… Ou lorsqu’on mange un petit morceau avant d’aller au cinéma en prévision de la faim qui pourrait arriver… Mais si la faim biologique n’est pas vraiment là, partons sur un encas léger.

Honorer sa faim, c’est répondre à un besoin physiologique primaire qu’on avait oublié avec les régimes. Sans avoir peur des conséquences, sans se soucier de savoir si c’est le bon moment. Tu as faim, je veux dire vraiment faim ? MANGE !

0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *